1 janvier 2016

Le Coin des Epargnants du 1er janvier 2016

tableau éco du 31 décembre

Le tableau de l’épargnant

 

2015 restera un bon cru pour la bourse malgré la crise financière chinoise, la Grèce, le ralentissement de la croissance mondiale, le relèvement des taux directeurs par la FED et la chute du prix du pétrole.

 

Même les indices chinois sont en zone positive. La Bourse de Shanghai a ainsi achevé 2015 en hausse de 9,4 % soit une progression bien plus importante que Londres, Paris et évidemment New York qui a perdu du terrain. 2015 aura été l’année des montagnes russes pour les indices chinois. En effet, les marchés chinois ont connu une phase hautement spéculative durant le premier semestre avec une progression de plus de 60 % ; une vive correction est intervenue à partir de la mi-juin provoquant la disparition d’un tiers de la capitalisation en moins de trois semaines. Pour juguler la crise, les autorités chinoises ont mis en œuvre un plan de soutien financier qui a contribué à une appréciation de 25 % des cours « actions ». Pour 2016, les indices chinois risquent de connaître d’amples fluctuations. Cela pourrait se produire à la fin du mois de janvier avec la fin de l’interdiction des ventes massives de titres en vigueur depuis le krach de l’été. Les marchés chinois seront également influencés par l’état de la conjoncture du pays et par l’afflux de nouveaux titres avec les mesures prises pour faciliter les introductions en bourse.

 

L’indice japonais, le Nikkei a fait presque aussi bien que celui de Shanghai avec une hausse de 9,07 %. La politique monétaire non conventionnelle a favorisé le marché « actions » qui n’a pas été trop pénalisé par la récession et le ralentissement économique des pays émergents. Le retard accumulé par la place de Tokyo explique également cette hausse.

 

Le CAC 40 n’aura pas réussi à s’installer au-dessus des 5000 points. Néanmoins, l’indice parisien a progressé de 8,53 % en terminant l’année à 4 637 points ce qui constitue malgré tout un résultat très correct. Cette hausse a été acquise durant le premier semestre. Le CAC 40 a connu son point haut le 27 avril à 5 268 points avant de connaître un trou d’air. Le point bas a été atteint le 29 septembre à 4 343 points. La crise grecque, la crise financière chinoise, le pétrole et les interrogations sur la force de la reprise ont miné le moral des investisseurs durant l’été.

 

Malgré l’affaire Volkswagen, l’indice allemand, le Daxx, a augmenté de son côté de 10 % témoignant de la bonne vitalité de l’économie de ce pays. Londres est en revanche en phase avec les marchés américains. Le Footsie a reculé de près de 5 points. Après avoir battu des records, les places anglo-saxonnes ont amorcé un processus de consolidation.

 

Le Dow Jones a terminé dans le rouge en cédant sur l’année 0,71 %. Sur 3 ans, la progression est néanmoins de plus de 30 %. Le Nasdaq a réussi à sauver ses 5000 points de justesse. Ce dernier a progressé de 4,8 % en 2015. Les indices américains ont, par ailleurs, vécu dans l’expectative de la décision de la FED. Par ailleurs, ils avaient connu de fortes hausses ces dernières années appelant une pause. En l’état, au regard de la valorisation des entreprises par rapport aux bénéfices, il n’y a pas de réelle menace de bulles sur les marchés actions.

 

Evolution du CAC 40

 

Année Valeur Performance
1987 1 000,00 -
1988 1 573,94 + 57,4 %
1989 2 001,08 + 29,5 %
1990 1 517,93 - 24,06 %
1991 1 765,66 + 15,5 %
1992 1 857,78 + 5,2 %
1993 2 268,22 + 22,1 %
1994 1 881,15 - 17,5 %
1995 1 871,97 - 4,30 %
1996 2 315,73 + 23,24 %
1997 2 998,91 + 29,34 %
1998 3 942,66 + 37,31 %
1999 5 958,32 + 51,12 %
2000 5 926,42 - 0,54 %
2001 4 624,58 - 21,97 %
2002 3 063,91 - 33,75 %
2003 3 557,90 + 16,12 %
2004 3 821,16 + 7,40 %
2005 4 715,23 + 23,40 %
2006 5 541,76 + 17,53 %
2007 5 614,08 + 1,31 %
2008 3 217,97 - 42,68 %
2009 3 936,33 + 22,32 %
2010 3 804,78 - 3,34 %
2011 3 159,81 - 16,95 %
2012 3 641,07 + 15,23 %
2013 4 295,95 + 17,99 %
2014 4 272,75 - 0,54 %
2015 4 637,06 + 8,53 %